Via Montpellier

2000 - 2006
Le réseau TaM avec la ligne 1 du tramway de Montpellier

La ligne 1 du tramway dans le réseau TaM

Une nouvelle identité visuelle du réseau avec l'arrivée du tramway

Le réseau de la SMTU change d’identité visuelle pour accompagner l’arrivée de la première ligne de tramway en l’an 2000 et la mise en place d’un nouveau réseau de transports sur le District de Montpellier. Parmi les premiers changements, c’est le nom de l’entreprise ainsi que le nom commercial du réseau qui évolue, la SMTU devient par conséquence TaM pour (Transports de l’agglomération de Montpellier) avec « vivez connecté » pour slogan. 

Les bus changent également de couleurs, arborant une livrée grise rayée bleu au lieu du damier bleu sur fond blanc. Les premiers bus aux nouvelles couleurs de TaM sont mis en service sur le réseau dès le mois de mai 2000. Ces bus sont également les premiers du réseau à rouler au GNV (Gaz Naturel pour Véhicules). 

Affiche présentant les nouveaux bus en service sur le réseau en 2000. source : document TaM

Conjointement à la mise en place des titres de transports munis de bande magnétique ou de puce pour les cartes d’abonnement en 1999, les nouveaux tickets et cartes affichent également une hirondelle en référence à la livrée du nouveau tramway et également pour évoquer l’idée d’un « réseau de la liberté » insufflé par l’arrivée du tramway. 

Dépliant présentant la grille tarifaire au lancement du tramway. Source : document TaM

Juin 2000 : la ligne 1 du tramway arrive à Montpellier

La première ligne du tramway moderne de Montpellier est inaugurée officiellement le vendredi 30 juin 2000 avec une cérémonie officielle organisée sur la place de la Comédie dès 18h. Les Montpelliérains peuvent monter à bord dès le lendemain 10h avec la mise en service de la ligne 1 le samedi 1er juillet 2000. Pour découvrir la ligne longue de 15 kilomètres reliant le quartier de la Mosson à Odysséum, le réseau est gratuit pendant une semaine.  La ligne 1 relie plusieurs pôles générateurs de déplacements, c’est-à-dire, des lieux qui concentrent énormément de déplacements comme le quartier de la Mosson extrêmement dense, les universités, les hôpitaux, le centre-ville avec le Corum, la Place de la Comédie et la Gare, le quartier d’Antigone, Port-Marianne et Odysséum, la zone ludique et commerciale en devenir. 

Au lancement de la ligne, toutes les stations ne sont pas ouvertes. Les arrêts « Malbosc », « Mondial 98 » et « Millénaire » ouvriront en fonction de l’avancée de l’urbanisme aux alentours de la ligne.   

Mode d'emploi du tramway dans "Montpellier Notre Ville" n°240 de juin 2000. Source : ville de Montpellier

Pour l’exploitation de la ligne 1, le District de Montpellier a commandé 28 rames de nouvelle génération au constructeur ferroviaire français Alstom. Les 28 rames Citadis 301, d’une longueur de 30 mètres pour une capacité de 210 personnes environ sont les premières rames de cette gamme à être en service tout réseau confondu. 

Le vendredi 30 juin 2000, au terminus « Odysseum » (aujourd’hui station « Place de France »), les six rames Citadis 301 Alstom attendent les invités à l’inauguration de la ligne 1 de tramway. Photo : Michel Bozzola et tramwaydemontpellier.net

Septembre 2002 : les rames de la ligne 1 s'allongent

Les prévisions de fréquentation lors de la conception de la première ligne de tramway tablait sur 65 000 voyageurs par jours au lancement de la ligne avec une fréquentation pouvant aller jusqu’à 75 000 voyageurs par jour au bout de quelques années d’exploitation.  Hors, la fréquentation réelle de la ligne dépasse les prévisions dès le début de l’année 2001 où TaM enregistre déjà 75 000 voyageurs par jour (du lundi au vendredi), cette fréquentation continue de croitre avec plus de 80 000 voyageurs par jour dès la rentrée scolaire de 2001. 

La charge est tellement élevée, notamment entre le centre-ville et les universités alors que les rames d’une trentaine de mètres peuvent transporter que 220 personnes, que TaM met en place dès le 5 novembre 2001 le service « express campus » entre le Corum et la faculté de Lettres à l’aide de 4 bus articulés. Il s’agit d’une navette sans arrêt intermédiaire qui propose un départ toutes les 10 minutes du Corum vers la faculté de 7h à 9h et un départ toutes les 12 minutes de la faculté vers le Corum entre 16h et 19h.  

Néanmoins, pour pallier à l’afflux de voyageurs sur la ligne 1, le District et TaM décident le rallongement des rames à 40 mètres pour la rentrée de septembre 2002 par l’ajout de deux nouveaux modules et offrant une capacité supplémentaire de 100 personnes environ selon les supports de communication. De plus, le rallongement des rames nécessitent leur retrait de la circulation le temps de procéder à l’ajout des modules. Pour palier au manque temporaire de rames, deux nouvelles sont commandées pour porter le parc de 28 à 30 rames. 

Publicité dans la Gazette de Montpellier n°749 du 4 octobre 2002. Source : Viamontpellier

En septembre 2002 également, pour accompagner la hausse de la fréquentation de la ligne y compris sur les week-ends, l’offre a été augmentée avec un passage toutes les 6 minutes le samedi et toutes les 10 minutes le dimanche après-midi. L’offre sera également améliorée en soirée avec un tramway toutes les 15 minutes dès le mois de juillet 2003. 

Publicité dans la Gazette de Montpellier n°751 du 18 octobre 2002

Les bus dans Montpellier et le District

Juillet 2000 : le réseau de bus connecté à la ligne 1 de tramway

Dès le 3 juillet, le nouveau réseau TaM, constitué autour du tramway, est lancé. Le réseau est donc constitué de la ligne 1 de tramway reliant Mosson à Odysséum par les universités, la place de la Comédie, la Gare, Antigone et Port-Marianne. L’ensemble des lignes de bus est également remanié en appliquant pour certaines la logique du rabattement et la suppression des doublons de desserte entre le tramway et le bus. 

Au total, il est prévu environ 10,4 millions de kilomètres parcourus par an sur le nouveau réseau TaM contre 9 pour l’ancien réseau de la SMTU. 

Intervalles de passage des lignes du réseau TAM en 2000

Ligne ItinéraireHeure de pointeHeure creusesVacances scolaire SamediDimanche
1Mosson - Odysséum4 à 5 min5 à 6 min6 à 7 min7 à 8 min15 min
4Les Bouisses - Castelnau-le-lez11 min13 min15 à 16 min17 min35 à 60 min
5Gare - Mas de Bagnères / Garosud8 min9 min12 min13 min30 min
6Pas du Loup - Professeur Blayac10 min12 min11 à 13 min15 min30 min
7Les Bouisses / La Martelle - Celleneuve11 min13 min15 min20 min50 min
8Mas de Rochet - La Rauze20 min20 min20 min24 min60 min
9Aiguelongue - La Pompignane12 min13 min16 min15 min70 min
12Les près d'arènes - Grammont17 min18 min17 min30 min90 min
14Gare - Mosson30 min50 min30 à 50 minNe circule pasNe circule pas
15Gare - Pierre de Coubertin6 min8 min8 min10 min12 à 16 min
16Tournezy - Euromédecine10 min11 min13 min16 min40 min
La RondeLes Bouisses - Odysséum15 min15 min20 min20 minNe circule pas
La NavetteAgropolis - Plan des 4 seigneurs8 min8 min8 min14 min25 min
PetibusFiguerolle - Corum10 à 12 min12 min12 min15 minNe circule pas
PetibusBoutonnet - Corum30 min30 min30 min30 minNe circule pas
17Gare Routière - Palavas-les-flots30 min30 à 60 min30 à 60 min30 à 60 min30 à 60 min
18Port-Marianne - Lattes20 min40 min20 à 40 min40 min4 allers-retours
19Corum - Clapiers30 min30 à 60 min30 à 60 min30 à 60 min4 allers-retours
20Gare Routière - Saint-Jean-de-védas20 min30 à 60 min30 à 60 min30 à 60 min4 allers-retours
21Corum - Vendargues20 min40 à 80 min40 à 80 min40 à 80 min4 allers-retours
22Léon Blum - Jacou20 min40 min20 à 40 min20 à 40 min4 allers-retours
23Occitanie - Prades-le-lez30 min60 min30 à 60 min30 à 60 min4 allers-retours
24Occitanie - Grabels40 min40 min40 min40 min4 allers-retours
25Mosson - Juvignac30 min60 min30 à 60 min30 à 60 min4 allers-retours
26Gare Routière - Saint-Jean-de-védas7 Allers-retours7 Allers-retours7 Allers-retours6 Allers-retoursNe circule pas
27Gare Routière - Maurin30 min70 min30 à 70 min30 à 70 min4 allers-retours
28Port-Marianne - Pérols30 min40 min30 à 40 min30 à 40 min6 allers-retours
29Odysséum / Corum - Baillargues30 min60 min30 à 60 min30 à 60 min4 allers-retours
30Léon Blum - Le Crès30 min30 min30 min30 min4 allers-retours

Les principales modifications par rapport au réseau de la SMTU

  • La ligne 1 de bus est renumérotée 15 afin de ne pas confondre avec la ligne 1 du tramway.
  • La ligne 2 est remplacée par la ligne 1 du tramway.
  • La ligne 3 est numérotée ligne 16 est reprend la desserte d’Euromédecine de l’ancienne ligne 2 entre les stations « Euromédecine » et « Occitanie » de la ligne 1 du tramway.
  • La ligne 4 emprunte dans les deux sens le Jeu de Paume entre le Corum et la Gare.
  • Les lignes 5 et 6 qui reliaient en complément de la ligne 2 le centre-ville aux universités sont également remplacés par la ligne 1 sur cette desserte. Par conséquent, la ligne 5 est limitée à la Gare et la ligne 6 remplace la ligne 9 sur la partie Professeur Blayac – centre-ville. 
  • La ligne 7 est prolongée du rond-point du Château d’O vers Celleneuve afin d »offrir une  possibilité de correspondance rapide avec la ligne 1 du tramway pour rejoindre les universités et les hôpitaux. 
  • La ligne 9 ne dessert plus le centre-ville et est rabattue sur les stations Place de l’Europe et Corum en empruntant l’avenue Jean Mermoz  puis remplace la ligne 11 jusqu’à Aiguelongue
  • La ligne 11 est supprimée, sa desserte entre la Gare et Blaise Pascal est reprise par la ligne 12 qui dessert ensuite le domaine de Grammont. 
  • La ligne 14 ne dessert plus l’intérieur de la Mosson, les voyageurs souhaitant emprunter cette ligne express doivent prendre la ligne 1 ou 15 jusqu’au terminus de la ligne 14. 
  • La ligne 19 est  créée entre Clapiers et Montpellier. Elle remplace la ligne 22 pour la desserte de la commune.
  • La ligne 30 est créée entre Le Crès et Montpellier. Elle remplace donc la ligne 20 qui ne relie plus que Montpellier à Saint-Jean-de-Védas. 
  • Les lignes 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 28, 29 et 30 sont rabattues sur une station de tramway. 
  • Le rabelais et le Petibus sont réorganisés.  
Plan des deux lignes du Rabelais en juillet 2000. Source : document TAM

Trois lignes spéciales pour compléter l’offre du réseau TaM 

Trois lignes de bus sont particulièrement mises en avant dans la communication autour du nouveau réseau et disposent par conséquent d’un nom spécifique pour les différencier des autres lignes et d’un logo spéciale. Certaines d’entre elles ont même une livrée spécifique sur les véhicules qui y sont affectés.  

Extrait d'une plaquette du nouveau réseau présentant les trois lignes spéciales du réseau. Source : document TaM

Petibus comme pour le réseau SMTU est la ligne de bus qui dessert le centre-ville à l’aide de minibus. Cette nouvelle version propose deux circuits :

  • Petibus Figuerolles – Beaux – Arts toutes les 10 minutes de 7h10 à 19h20
  • Petibus Boutonnet toutes les 30 minutes de 7h30 à 19h. 
Présentation du nouveau Petibus dans "Montpellier Notre Ville" n°242 de septembre 2000. Source : ville de Montpellier

La Ronde remplace la ligne 10 et réalise le tour complet de Montpellier en passant par Odysséum sans passer par le centre-ville. Les véhicules affectés à la ligne arborent une livrée rayées rouges  pour les différencier des bus bleus du reste du réseau. Elle circule toutes les 15 minutes du lundi au samedi. 

Présentation du service de la Ronde dans "Montpellier Notre Ville" n°242 de septembre 2000. Source : ville de Montpellier

La Navette dessert finement le quartier des universités en passant par les arrêts « Saint-Eloi » et « Universités des sciences et des Lettres » de la ligne 1 du tramway en remplacement des lignes 5 pour la desserte du Zoo et d’Agropolis et 6 pour la desserte du Plan des 4 Seigneurs. 

Les lignes desservant le District sont rabattues sur le tramway 

Le principe du rabattement est surtout appliqué aux lignes venant de l’extérieur de Montpellier qui effectuent alors leur terminus au niveau du station de tramway. Les voyageurs voulant rejoindre le centre-ville doivent donc emprunter la ligne 1 du tramway depuis le terminus du bus. La correspondance supplémentaire créée par le rabattement génère un temps d’attente supplémentaire qui est en partie contrebalancée par la vitesse commerciale du tramway qui est plus élevée que celle du bus. De plus, le rabattement permet aussi de renforcer l’offre sur la ligne de bus. En effet, avec un même nombre de véhicules, vu que le trajet est plus court, il est possible de réaliser plus de rotations. Par exemple, la ligne 23 venant des communes de Prades-le-Lez et Montferrier, toutes les deux situées au nord de Montpellier, réalise son terminus à la station « Occitanie » de la ligne 1 de tramway au lieu de la gare routière.  

Les lignes par points de rabattements : 

  •  Gare routière (inchangé par rapport au réseau SMTU) : 17, 20, 26, 27
  • Corum : 19, 21, 29
  • Léon Blum : 22, 30
  • Mosson : 25
  • Occitanie : 23, 24
  • Odysséum : 29
  • Port-Marianne : 18, 28

Sur le nouveau réseau TaM, l’offre des lignes suburbaines a été améliorée avec 40% de départs supplémentaires en moyenne. Les lignes 18 et 29 bénéficient même d’une augmentation du nombre de départ allant jusqu’à 70%.

 

Août 2001 : réajustement de l'offre du réseau TaM

Un an après le lancement du nouveau réseau TaM, le District de Montpellier décide une réduction de l’offre sur certaines lignes motivée selon l’intercommunalité par la fréquentation qui n’est pas assez élevée pour justifier le maintien de certains services. Dès le 1er août, le service du Petibus est complètement supprimé. Quelques jours plus tard, le 9 août, plusieurs modifications sont apportées au réseau : 

  •  La partie Sud de la Ronde entre « Les Bouisses » et « Odysséum » est supprimée 
  • La ligne 4 est scindée en deux au niveau de la Gare. La ligne 4 relie Castelnau-le-Lez à la Gare et la nouvelle ligne 11, les Bouisses à la Gare. 
  • La ligne 5 perd sa branche desservant Garosud qui reste desservi par la ligne 27. 
Article "TaM hausse ses tarifs et supprime Petibus" dans Midi Libre du 28 juillet 2001. Source : Midi Libre

Le service du Rabelais est également réduit à une ligne reliant le terminus « Mosson » au « Mas de Bagnères » en passant par l’avenue de Lodève, la Gare et la Croix d’Argent. La desserte des près d’arènes par l’avenue de Palavas, des Hauts de la Paillade, des Bouisses, du Pas du Loup et d’Agropolis sont supprimées. 

Septembre 2001 : les changements sur le réseau TaM

La ligne 14 allégée 

La ligne 14 qui relie la Mosson à la Gare constitue un renfort express à la ligne 15. dès la rentrée de septembre la desserte est supprimée en heures creuses faute de fréquentation. la ligne circule alors uniquement de 7h à 9h et de 16h à 19h avec deux départs par heure. 

La ligne 15 renforcée en semaine

La ligne 15 relie le terminus « Pierre de Coubertin » aux Hauts de Massane au nord de la Mosson à la Gare. Cette ligne transporte chaque jour 15 000 voyageurs avec des bus standards pour limiter la fraude alors que l’ancienne ligne 1 du réseau de la SMTU était pourvue de bus articulés. 

Face à la fréquentation et à la charge des véhicules, l’offre de la ligne 15 est augmentée de 20% environ en semaine avec 123 voyages vers Pierre de Coubertin au lieu de 104 et 127 voyages vers la Gare au lieu de 103. L’augmentation de l’offre se fait sentir sur l’intervalle de passage qui est ramenée entre 5 et 6 minutes en heures de pointe et entre 7 à 8 minutes en heures creuses. 

Le trajet de la ligne 18 est modifié 

La ligne 18 relie le centre de Lattes à la station de tramway Port-Marianne. Dès la rentrée de septembre, la ligne 18 emprunte la route de la mer au lieu de la route de Palavas, ce changement permet la desserte du quartier lattois de Boirargues qui est alors relié au centre de la commune et le centre commercial de Lattes.  

Octobre 2001 : l'amigo, le bus des noctambules

A partir du 4 octobre 2001, TaM lance une nouvelle ligne de bus spéciale dénommée « Amigo ». Cette ligne circule les jeudi, vendredi et samedi soir pour relier Montpellier et les boites de nuit situées à l’extérieur de la ville. Pour aller vers les discothèques, trois départs sont prévus de la station Corum à 00h, 00h45 et 1h30 du matin. Le retour des boites se fait à 2h30, 3h30 ou 5h du matin et le bus emprunte un trajet complet à travers la ville afin de ramener les usagers (voir plan ci-dessous). Le service est accessible aux mêmes tarifs que les autres lignes du réseau TaM. Durant les premiers mois d’exploitation le service transporte environ 500 personnes par week-end. 

Décembre 2002 : le rabattement continue sur les lignes du réseau TaM

L’agglomération de Montpellier souhaite continuer le rabattement des lignes de bus venant de l’extérieur de la commune sur les stations de tramway pour, selon elle, limiter la pollution en centre-ville. Dès le 2 décembre 2002, deux lignes du réseau TaM sont concernées en plus des lignes de la SODETRHE.

Ligne 4 : Castelnau-le-Lez – Montpellier

 la ligne 4 qui dessert Castelnau-le-Lez est limitée à la station Corum. Le tronçon Corum – Gare qui passe par les boulevards ceinturant le centre-ville est supprimée. Les voyageurs pour rejoindre la Gare sont invitées à emprunter la ligne 1 du tramway entre le Corum et la Gare. Pour une partie des usagers qui souhaitent se rendre au sur la place du Peyrou, le trajet est considérablement rallongé à cause des deux correspondances nécessaire et le passage obligé par la Gare. Néanmoins, le raccourcissement de la ligne 4 permet de renforcer son intervalle de passage à 10 minutes toute la journée contre 12 à 13 minutes auparavant. 

Ligne 17 : Palavas-les-Flots – Montpellier

La ligne 17 est rabattue sur la station de tramway Port-Marianne au lieu de la gare routière qui était jusqu’à présent son terminus. Même si le parcours en bus dure quelques minutes de moins, les usagers voulant se rendre au centre-ville doivent réaliser une correspondance supplémentaire avec la ligne 1 du tramway et voyager à bord un peu plus de 10 minutes ce qui occasionne une augmentation des temps de trajet;  

Janvier 2003 : la ligne 18 est prolongée à Maurin

Le 13 janvier 2003, la ligne 18 est prolongée entre son terminus « Léonard de Vinci » et le quartier lattois de Maurin. Ce prolongement, très attendu des habitants de la commune, permet de relier directement entre eux les trois grands quartiers de la commune de Lattes : Boirargues, Lattes centre et Maurin. De plus, la ligne 18 dessert également le centre commercial de Lattes et les établissements scolaires de la commune.

Article dans le magazine municipal Lattitudes n°9 de février 2003. Source : Viamontpellier

Février 2003 : la ligne 12 est accessible aux personnes en fauteuil roulant

Le 10 février 2003, les 11 bus dédiées à la ligne 12 (les Près d’arènes – Grammont) sont équipées de palettes rétractables pour permettre aux personnes en fauteuil roulant de monter à bord des bus. Même si des bus surbaissés, c’est-à-dire sans marche à l’intérieur du véhicule au niveau des portes, sont présents sur le réseau depuis 1997, la montée des personnes en fauteuil restait impossible à cause de la lacune restant entre le bus et le trottoir. De plus,  une partie des arrêts de la ligne 12 ont été réaménagés afin de rehausser le trottoir ou l’élargir afin de permettre la sortie de la palette rétractable installée sur le bus. 

La ligne 12 est donc la première ligne de bus du réseau TaM accessible aux personnes en fauteuil roulant. Jusqu’à présent, ces personnes n’avaient accès qu’à la ligne 1 du tramway. Les personnes à mobilité réduite (ce terme est plus large que la seule catégorie des personnes en fauteuil roulant) pour se déplacer devaient utiliser un service spécial géré par le GIHP en l’absence de bus accessible. 

Mars 2003 : la ligne 15 est à nouveau renforcée

La ligne 15 transporte près de 18 000 voyageurs par jour du lundi au vendredi. Pour améliorer la qualité de service, l’agglomération de Montpellier décide d’un budget supplémentaire de 460 000 € par an représentant 1,15 millions de kilomètres parcourus pour les 28 bus de la ligne. Ce montant permet de proposer une amélioration de l’intervalle de passage dès le 31 mars 2003 avec un bus toutes les :

  • 5 minutes au lieu de 6 en heures de pointe
  • 6 minutes au lieu de 8 en heures creuses 
  • 8 minutes au lieu de 10 le samedi
  • 10 minutes au lieu de 12 le dimanche matin
  • 15 minutes au lieu de 16 le dimanche après-midi.

A la même date, le Rabelais qui dès 21h remplace la ligne 15 entre la Gare et la Mosson est également renforcée avec un bus toutes les 30 minutes au lieu d’un bus par heure. 

Publicité dans la Gazette de Montpellier 773 du 28 mars 2003

Février 2004 : la ligne 15 est elle aussi accessible

En janvier 2004, les 31 bus dédiées à la ligne 15 sont eux aussi équipées de palettes rétractables. De plus, un emplacement dédiées aux personnes en fauteuil roulant est aménagé à bord des bus. Une partie des arrêts comme pour la ligne 12 sont également réaménagés et certains sont mêmes équipés de bornes d’informations voyageurs. D’ici la fin de l’année 2004, l’agglomération de Montpellier compte rendre accessible les lignes 8, 11, 16 et La Ronde aux personnes en fauteuil roulant. Les autres lignes sont encore équipés de bus à plancher haut dont une partie sera réformée quelques années plus tard. 

Les bus dans la nouvelle agglomération de Montpellier

Août 2001 : la naissance de la communauté d'agglomération

Le 1er août 2001, le District de Montpellier est officiellement transformé en communauté d’agglomération par arrêté préfectoral. Le nouvel établissement public de coopération intercommunal intègre de nouvelles compétences mais demeure l’autorité organisatrice des transports urbains sur son territoire toujours composé de 15 communes.  Quelques mois plus tard, le 1er janvier 2002, la communauté d’agglomération s’agrandit avec un périmètre étendu à 38 communes. 

Carte de l'agglomération de Montpellier diffusée sur le site internet de TaM en 2002. Source : archives du web

Janvier 2002 : réduction globale des tarifs de transports pour les nouvelles communes

Les 23 nouvelles communes entrantes dans la communauté d’agglomération bénéficient dès le 1er janvier 2002, des tarifs appliqués sur l’ensemble du réseau TaM. Les titres de transports pour se déplacer dans l’agglomération sont acceptés à bord des véhicules de la SODETRHE (Société départementale des transports de l’Hérault) qui continuent à desservir les communes de l’agglomération. 

Publicité des nouveaux tarifs appliqué dans les nouvelles communes de l'agglomération. Source : Midi Libre

Janvier 2003 : de nouvelles lignes pour desservir l'agglomération

Avec l’extension du périmètre de l’agglomération de Montpellier à 23 nouvelles communes, certaines lignes de transport qui dépendaient du département, car elles sortaient du District, sont maintenant entièrement contenues dans le périmètre de transports urbains. Par conséquent, plusieurs ligne de la SODETRHE sont gérées directement par Montpellier agglomération : 

  • ligne n°104 : Montpellier-Fabrègues
  • ligne n°120 : Montpellier – aéroport
  • ligne n°122 : Montpellier – Villeneuve-les-Maguelones
  • ligne n°125 : Montpellier – Saint-Aunès

Ainsi, au début de l’année 2003, ces lignes sont pleinement intégrées au réseau TaM : 

  • La ligne 125 devient la ligne 31 du réseau TaM. 
  • La ligne 122 devient la ligne 32 du réseau TaM.
  • La ligne 104 devient la ligne 33 du réseau TaM.
  • La ligne 120 devient la navette aéroport.

Janvier 2004 : l'agglomération passe à 32 communes

Le 1er janvier 2004, six des 38 communes membres de la communauté d’agglomération de Montpellier quittent l’intercommunalité. Ainsi, les communes sortantes (Mauguio, la Grande-Motte, Saint-Aunès, Saint-Clément-de-Rivière, Saint-Gély-du-Fesc et Teyran) à cette date ne bénéficient plus de la tarification appliquée sur le réseau TaM. De plus, la ligne 31 desservant Saint-Aunès et la Navette aéroport dont ce dernier se situe sur la commune de Mauguio sont supprimées du réseau TaM et leur gestion est transférée au département.  

Février 2004 : la desserte de l'agglomération renforcée

Le 23 février 2004, Montpellier agglomération a procédé à des adaptations de l’offre dans les nouvelles communes membres de l’intercommunalité avec également la création de deux nouvelles lignes. 

La ligne 31 : Montpellier Corum – Castries – Beaulieu 

Cette ligne circule du lundi au samedi et complète l’offre des lignes du réseau Hérault Transports dans le nord-est de l’agglomération pour proposer notamment des départs en heures creuses par exemple deux départs sont réalisés du Corum à 14h25 et 15h30. 

La ligne 34 : Montpellier Mosson – Cournonsec 

la ligne 34 permet de relier, en 30 minutes environ du lundi au vendredi avec 7 allers-retours par jour, les communes de l’ouest de l’agglomération à la ligne 1 de tramway au niveau de la station Mosson pour aller ensuite aux hôpitaux, universités ou centre-ville. Les communes restent néanmoins desservies par des lignes départementales qui vont vers le centre-ville. 

Les lignes 21 et 32 également modifiées

D’autres adaptations sont apportées au réseau existant. La ligne 21 (Montpellier – Vendargues) dessert maintenant sur certains trajets la zone d’activités de la commune et la ligne 32 dessert systématiquement l’intérieur de Villeneuve-les-Maguelones. 

Janvier 2005 : Palavas-les-Flots quitte la communauté d'agglomération

Le 1er janvier 2005, la commune de Palavas-les-Flots quitte la communauté d’agglomération de Montpellier suite à des tensions politiques avec le président de l’agglomération Georges Frêche. Au niveau des transports, la conséquence est la suppression pure et simple de la ligne 17 dès le 1er janvier et la limitation de la ligne 28 aux cabanes de Pérols. 

Le retour du Guilhem au centre-ville

Août 2004 : le nouveau Guilhem en centre ville

La ville de Montpellier approuve le 8 juin 2004 en conseil municipal et après concertation d’étendre la zone piétonne à l’ensemble de l’écusson (le centre-ville historique) dans le cadre de son opération « Grand Coeur ». Le projet comporte également la remise en place d’un service de minibus à l’intérieur du centre historique afin d’y faciliter les déplacements. 

Le 23 août 2004, TaM met en place le nouveau Guilhem qui forme alors une boucle à sens unique et desservant 16 points d’arrêts. Celui-ci circule de 7h à 0h30 avec un intervalle de passage réduit. Pour emprunter le service, il est possible d’utiliser soit un titre de transport valable sur l’ensemble du réseau TaM, soit un titre valable uniquement sur la ligne et vendu pour le prix de 50 centimes. 

Août 2005 : un nouvel itinéraire pour le Guilhem

A partir du 1er août 2005, le Guilhem adopte un nouvel itinéraire dans le centre-ville historique de Montpellier. Un an après sa mise en service, ce service par minibus effectue la boucle entre le Boulevard Louis Blanc desservi par la ligne 1 du tramway et la Place Jean Jaurès en passant par le boulevard Henri IV à l’ouest de l’écusson en n’abandonnant la sud du centre-ville. Ce nouveau tracé permet de mieux relier l’ouest du centre-ville qui n’était plus desservi depuis la limitation de la ligne 4 au Corum. Ce changement permet également de réaliser des économies sur l’exploitation de la ligne dont la fréquentation est d’environ 400 à 500 personnes par jour alors que celle-ci était attendue autour de 1500 voyageurs par jour. La ligne circule toutes les 10 minutes de 7h30 à 20h, la suppression de la desserte entre 20h et minuit était intervenue en octobre 2004.  

Article sur le deuxième trajet du Guilhem dans le quotidien "Midi Libre" du 1er août 2005

Novembre 2005 : un troisième itinéraire pour le Guilhem

Le Guilhem change un nouvelle fois d’itinéraire dans le centre-ville de Montpellier. Cette fois-ci les minibus relient le Peyrou à la Place de la Comédie par la place Jean Jaurès à partir du 25 novembre 2005 avec un intervalle de passage de 10 minutes de 7h30 à 20h. Les Boulevards Henri IV et Louis Blanc ne sont plus desservis par le Guilhem. 

Article sur le nouvel itinéraire du Guilhem dans le quotidien "Midi Libre" du 24 novembre 2005

Avril 2006 : la suppression du Guilhem

Le samedi 29 avril au soir, le service du Guilhem qui circule sur son troisième itinéraire depuis son lancement en août 2004 est suspendu. La fréquentation sur son trajet du Peyrou à la Place de la Comédie atteignait la cinquantaine de voyageurs par jour ce qui justifie pour TaM sa suppression. Le bus du centre-ville était accessible avec un titre de transport TaM en correspondance avec les autres lignes ou avec un ticket spécial vendu 50 centimes valable uniquement à bord du véhicule alors que ce service était gratuit dans d’autres villes de France. 

Article sur la suppression du Guilhem dans le quotidien "Midi Libre" du 29 avril 2006

Les travaux de la ligne 2 impacte le réseau

Les informations à propos de Guilhem seront complétées ultérieurement. En attendant, n’hésitez pas à lire la suite de l’histoire du réseau TaM

Avez-vous trouvé une imprécision ou une erreur dans le contenu de la plage ? N’hésitez pas à me le signaler pour que je puisse corriger l’information !